L’histoire de Chelsea : Une jeune femme atteinte de fibrose kystique attend la cure qui lui sauvera la vie

La plupart d’entre nous avalent une multivitamine tous les matins. Chelsea Gagnon avale de 20 à 30 comprimés par jour, donc 10 000 comprimés par année. La jeune femme de 27 ans souffre de fibrose kystique (FK) : son corps produit du mucus épais et collant qui obstrue ses poumons, ce qui rend la respiration difficile. La maladie la rend plus vulnérable aux infections des sinus et des poumons, comme la bronchite et la pneumonie. À la longue, l’inflammation chronique provoquée par les infections à répétition endommagera ses poumons.

Chelsea a été une patiente de la Clinique de fibrose kystique de l’Institut thoracique de Montréal (ITM) toute sa vie adulte. La FK est la maladie génétique mortelle la plus répandue. Près de 4 000 enfants et jeunes adultes canadiens vivent avec la FK.

À l’heure actuelle, il n’existe pas de cure. Cependant, l’espérance de vie a considérablement augmenté au cours des dernières décennies, une personne atteinte de FK vivant en moyenne jusqu’au début de la cinquantaine. En fait, les patients traités à l’ITM ont le taux de survie moyen le plus élevé parmi toutes les cliniques de FK au Canada.

Pour Chelsea, des infections pulmonaires comme la grippe et la pneumonie font tout simplement partie de la vie. L’année dernière, elle a été hospitalisée trois fois à l’ITM. À chaque infection, l’état de ses poumons s’est graduellement empiré. Elle fonctionne en ce moment avec 50 pour cent de capacité pulmonaire, mais elle trouve néanmoins le courage et la ténacité de courir des demi-marathons et d’aller au gym le plus souvent possible parce qu’elle sait à quel point c’est important pour sa santé.

Depuis l’âge de 19 ans, Chelsea est traitée par Dre Jennifer Landry, une pneumologue de l’ITM. « Je l’adore! Elle est comme ma deuxième mère, très encourageante et gentille. On fait des blagues », confie Chelsea, en toussant légèrement et en se raclant la gorge.

Les dons à la FITM financent la recherche

Présentement, Dre Landry peut seulement traiter Chelsea pour les symptômes liés à la FK. Il existe des traitements pour expulser le mucus de ses poumons, prévenir les infections pulmonaires, aider à la digestion d’aliments et plus encore. Les chercheurs qui étudient les causes de la FK ont réalisé plusieurs percées récemment. Chelsea est une candidate pour un nouveau traitement qui pourrait s’avérer très bénéfique.

Grâce aux dons à la Fondation de l’Institut thoracique de Montréal (FITM) soutenant la recherche, y compris des études visant à trouver une cure pour la FK, des progrès considérables peuvent être réalisés et de nouveaux médicaments peuvent être testés. Plusieurs personnes dans le milieu de la recherche pensent qu’une cure est imminente, mais qu’il faudra plus de travail.

Rencontrez Dre Dao Nguyen, chercheure pour la fibrose kystique

Dre Dao Nguyen est une chercheure qui essaie de mieux comprendre la FK. Elle étudie l’impact des infections pulmonaires chroniques sur l’inflammation pulmonaire. La chercheure a découvert qu’il existait différentes variantes de la bactérie Pseudomonas aeruginosa qui se loge dans les poumons des patients atteints de FK et cause énormément d’inflammation. Cette inflammation entraîne l’insuffisance pulmonaire et le besoin de transplantation de poumons. En ayant une meilleure compréhension de ce qui cause l’inflammation pulmonaire, Dre Nguyen et son équipe espèrent trouver un remède. Cela prolongerait la vie des patients atteints de FK et améliorerait également leur qualité de vie.

Les chercheurs de l’ITM et d’ailleurs étudient la FK sous tous ses angles, ce qui améliore les chances d’effectuer une percée importante.

D’ici là, Chelsea attend la découverte qui lui sauvera la vie.

Aidez-nous à aider des patients comme Chelsea.
Donnez aujourd’hui.

2018-05-18T12:43:27+00:00