Donner et recevoir : Pourquoi Shannon Cupri aime être infirmière

Lorsque Shannon Cupri a terminé ses études secondaires, elle s’est inscrite au cégep pour devenir soit infirmière, soit policière. Elle a été acceptée dans les deux programmes. Après avoir tiré à pile ou face, elle a choisi les sciences infirmières et ne l’a jamais regretté.

Shannon est une infirmière diplômée à l’Unité pour patients hospitalisés de l’Institut thoracique de Montréal (ITM) au Centre universitaire de santé McGill (CUSM). Elle est une figure omniprésente de l’unité depuis 22 ans. Son poste à l’ITM était son premier emploi après ses études et, après avoir essayé quelques autres postes d’infirmière au fil des ans, l’ITM a toujours été l’endroit où elle se sentait chez elle.

« Il est exigent de travailler à l’Unité pour patients hospitalisés », avoue Shannon. « On donne beaucoup de soi, mais on en retire 10 fois plus. Le sourire sur le visage d’un patient ou un « merci » quand ils s’en retournent chez eux font que cela en vaut la peine. »

Shannon sait très bien que l’hôpital est le dernier endroit où les gens veulent être. « C’est un endroit effrayant pour les patients et leur famille. J’essaie de rendre le tout confortable pour eux et le moins souffrant possible. Il est très gratifiant de savoir qu’on fait une différence dans la vie de quelqu’un », a-t-elle confié.

Un milieu de travail fantastique

Bien que l’ITM ait déménagé de la rue Saint-Urbain au site Glen ultra moderne du CUSM en 2015, Shannon affirme que l’ITM a conservé son ambiance de petit hôpital et est aussi chaleureux qu’avant. « La camaraderie entre les membres du personnel n’a pas changé », ajoute-t-elle. « Tout le monde fait partie d’une grande équipe, des médecins aux infirmières, en passant par le personnel de cuisine et d’entretien ménager. Nous sommes tous motivés à offrir des soins exceptionnels. »

« Le nouvel hôpital représente une énorme amélioration pour nos patients », poursuit-elle. « À l’ancien hôpital, on avait trois patients par chambre. Il n’y avait pas beaucoup d’intimité. Nous n’avions pas de climatisation. Les canicules étaient pénibles pour nos patients qui avaient de la difficulté à respirer », précise-t-elle. « Maintenant, chaque patient a sa chambre individuelle et de la climatisation. C’est inestimable. »

L’autre gros avantage pour les patients de l’ITM est que l’Hôpital Royal Victoria (HRV) est juste à côté. Cela permet aux patients de l’ITM de rencontrer des spécialistes et de subir des examens et des procédures beaucoup plus facilement. « Auparavant, les patients devaient être transportés en ambulance jusqu’à l’ancien HRV pour ces procédures. Maintenant, nous emmenons simplement les patients en bas pour les examens. C’est tellement plus pratique et facile pour nos patients », fait remarquer Shannon.

Vivre sans regret

Quand on lui demande si elle regrette d’avoir refusé l’occasion de devenir policière, l’infirmière ajoute : « Je n’ai aucun regret. Je me suis retrouvée au meilleur endroit pour moi. Je me lève tous les matins et je suis heureuse d’aller travailler. En fait, je ne me souviens même pas la dernière fois où j’ai pris un congé de maladie! J’adore l’équipe à l’ITM. Plusieurs de mes patients souffrent de maladies chroniques, ce qui fait que je finis par très bien les connaître. Nous sommes vraiment comme une grande famille. »

Aidez-nous à soutenir des infirmières comme Shannon.
Donnez aujourd’hui.

2018-05-18T12:43:28+00:00